empreinte carbone aeroport

EDF aide le Maroc à réduire son emprunte carbone

L’Office National Des Aéroports (ONDA) au Maroc a récemment annoncé sa décision de s’inscrire dans la démarche volontariste du Maroc à réduire l’emprunte carbone du pays. Ce transfert thermique passe par des mesures concrètes, une démarche menée en partenariat avec EDF France, afin de réduire l’emprunte carbone des aéroports du Maroc.

Certificat de neutralité en emprunte carbone

Ils sont déjà deux aéroports marocains, parmi le reste des pays d’Afrique, à bénéficier du certificat de neutralité en emprunte carbone. L’objectif final de ce projet de transfert d’énergie est d’arriver, d’ici 2025, à ce que la moitié des aéroports du pays bénéficient du même certificat. Le directeur général de l’ONDA, Zouhair Mohamed El Aoufir, explique : « Nous avons conçu un programme global en matière d’efficacité énergétique. Ce programme sera généralisé non seulement au niveau de tous nos aéroports, mais aussi au niveau des services des délégations aériennes. »

L’aéroport de Marrakech représentera le site pilote de la modélisation de ce transfert énergétique, compte tenu des conditions thermiques qui caractérisent la région.

Trois actions concrètes

Lors de la présentation des résultats de son étude sur cette démarche de transfert thermique, le directeur général de l’ONDA a expliqué les différentes actions qui seront mises en place afin d’atteindre les objectifs annoncés. En premier lieu, sera envisagée « la conception de nouveaux bâtiments dont les concepts architecturaux novateurs permettent la diminution en grade de température pour consommer moins en climatisation ». En deuxième plan, une étude a été lancée en partenariat avec EDF afin de définir l’audit énergétique concernant le bâtiment. Et finalement, l’ONDA étudie « la faisabilité de la mise en place des énergies renouvelables dans tous les aéroports, notamment les panneaux solaires, les stations géothermiques et même l’éolien ».

Le soutien d’EDF

L’étude réalisée en partenariat avec EDF à conclu à des améliorations infra-structurelles possibles pour les aéroports. Selon l’opérateur français, l’idée serait d’assurer le confort thermique tout au long de l’année, tout en réduisant la consommation énergétique de 35%. Une méthodologie innovante a ainsi été développée, qui permettra d’optimiser les dépenses énergétiques des aéroports internationaux marocains. Grâce à cette méthode, l’ONDA pense pouvoir réduire son emprunte carbone de 160 tonnes de CO2/an. En effet, les résultats enregistrés sur l’aéroport de Marrakech sont très optimistes, et il est réaliste d’espérer que 9 autres aéroports soit certifiés en neutralité carbone d’ici 2018, et 50% des aéroport en 2025. C’est l’objectif final de l’ONDA.