Changez votre disjoncteur pour être en accord avec la nouvelle réglementation

Changez votre disjoncteur pour être en accord avec la nouvelle réglementation

0 354

Depuis le 1er juillet 2017, tous les propriétaires de biens immobiliers doivent respecter la loi lié au diagnostic pour l’électricité et le gaz. Pour cela, ils doivent respecter certaines conditions, pour louer ou vendre leur bien, si leur installation a plus de 15 ans. Alors si votre installation n’est pas aux normes, il est temps d’en changer. 

Engagez des travaux pour respecter la loi

Si vous souhaitez mettre en vente ou en location votre logement, vous devrez fournir un diagnostic énergétique. Même si cette réglementation est contraignante pour certains propriétaires qui doivent engager certains travaux, elle est obligatoire. 

Pour être en accord avec la loi, et pour mieux vous aider dans vos travaux d’installation électrique, vous pouvez remplacer votre disjoncteur IC 60, ou votre tableau électrique. Celui-ci protégera vos circuits de manière maximale et vous offrira une meilleure continuité de service. Il détectera rapidement les anomalies, pour plus de sûreté. 

Une réglementation qui impose des vérifications 

Pour réaliser la vérification de vos travaux de rénovation, un spécialiste du diagnostic devra être engagé. En effet, lui seul, sera habilité à vous établir un diagnostic, car il possède toutes les connaissances nécessaires à cette tâche. Pour cela, vous devrez demander l’aide d’une entreprise certifiée dans ce domaine, afin d’éviter tout souci. 

Il vérifiera la conformité des lieux et de votre matériel électrique, et pourra ainsi vous fournir les documents utiles, s’il juge que vos travaux ont été réalisés correctement et dans le respect des normes. 

A la vente ou à la location, ces documents sont obligatoires 

Pour la vente ou la location de votre bien, le diagnostic est obligatoire. Pour les propriétaires ayant acheté il y a moins de 6 ans, les diagnostics effectués pour la vente sont encore valables, sauf si des travaux ont été effectués entre temps. 

Si vous êtes dans l’incapacité de fournir les documents attestant de la bonne installation électrique, le nouvel acquéreur, ou le futur locataire, peut engager des poursuites contre vous pour vices cachés, s’il découvre que votre installation pose problème.